GENÈSE 5:21-24

HÉNOCH

Kwnx


Ascension d'Hénoch vue Raffaello Sanzio (XVe)

Optimisé pour

Firefox 2

Module Flash requis

Placez le curseur au-dessus d'un mot pour en voir la définition ; les mots pourvus d'un * sont cliquables et renvoient aux notes.Polices nécessaires

Lire le passage
Chanter ce passage
21 22 23 24

 

 

Traduction - Notes - Septante - Vulgate - Quelques références

 

 

TRADUCTION

21- Hénoch vécut 65 ans, puis il devint père de Mathusalem.

22- Après la naissance de Mathusalem, Hénoch marcha avec Dieu trois cents ans, et devint père de fils et de filles.

23- Tous les jours d'Hénoch furent de 365 ans.

24- Hénoch marchait avec Dieu, puis il ne fut plus, car Dieu l'enleva.

NOTES

Kwnx, Hénoch ("consacré, dédié") 3139-2774 av.J.-C.* Septième depuis Adam. Il vécut à une époque où l'humanité commençait à sombrer dans le chaos sous l'impulsion satanique. Son récit précède celui des Nephilim, qui donnèrent naissance aux géants, ces hybrides d'une force et d'une violence rares. D'après Jude 14,15, Jéhovah se servit de lui comme prophète, pour annoncer un jugement contre les impies (cf. 1 Henoch V, 10:"Pour vous, impies, pour vous la malédiction"). Voilà qui dut lui occasionner des heurts avec ses contemporains... Héb 11:5 affirme qu'il fut transféré ( metete,qh) pour ne pas voir la mort.

Certains prétendent qu'il est monté au Ciel. Ceci n'est pourtant pas possible - Jésus l'a dit lui-même - aucun homme n'est jamais monté au ciel (Jn 3:13).

Il faut plutôt comprendre que Jéhovah, en abrégeant lui-même sa vie, lui épargna une mort violente, et peut-être l'outrage de sa dépouille par ses ennemis.

Car Hénoch, en cette génération impie, n'aurait pu échapper à une mort précoce. Sans doute Dieu fit-il disparaître son corps tout comme il fit disparaître le corps de Moïse (mais dans un autre contexte pour Moïse : afin qu'il ne fasse pas l'objet de vénération, Dt 34:5,6 ; Jd 9).

Il existe un apocryphe daté du IIe siècle av.J.-C. env. (la citation de Jd 14 s'inspire d'une tradition de ce texte; voir aussi 2 Pi 2:4, 10,17), appelé Le Livre d'Henoch, qui n'est bien sûr pas de la main de ce prophète de Jéhovah et qui, entre autres, décrit de manière plus précise que le récit de la Genèse comment des anges déchus (les veilleurs ou vigilants) eurent des rapports avec des humaines, quels géants en naquirent (cf. 1 Henoch VII,3-5), et surtout qu'ils enseignèrent aux humains la sorcellerie, les enchantements, mais aussi certaines sciences (1 Henoch, VI-VIII).

Justin Martyr, Irénée, Origène, Clément d'Alexandrie et Tertullien l'estimaient canonique. Il fut relégué au rang des apocryphes lors du Concile de Laodicée (364) et le document disparu totalement jusqu'en 1773 où il fut redécouvert en Ethiopie.

Le récit de Ge 5:21-24 a exercé très tôt une fascination irrésistible dans le monde ancien. Des fragments retrouvés à Qumrân en témoignent. Citons l'introduction au Livre des Géants (in : M. Wise, M. Abegg, Jr, E. Cook, Les manuscrits de la mer Morte, éd. Perrin, 2003, pp.298-303) dont on a retrouvé des fragments à Qumrân:

"Il est certain que le patriarche Hénoch était aussi connu des anciens qu'ignoré des lecteurs modernes de la Bible. En effet, après avoir donné son âge (365 ans), le livre de la Genèse dit seulement de lui qu'il "marcha avec Dieu" et qu'ensuite qu'il "ne fut plus, Dieu l'ayant pris" (Genèse 5-24). La noblesse de son existence et le mystère de sa fin contribuèrent à faire de lui un personnage extrêmement fascinant autour duquel devait naître tout un cycle de légende (...). Selon le Livre d'Hénoch, le mélange des mondes angéliques et humains se produisit en fait à l'initiative de Chemihaza, le chef des anges pervers, qui incita deux cents autres anges à cohabiter avec les femmes. De ces unions contre nature naquirent des anges qui mesuraient 150 mètres de haut [* 1 Henoch VII, 3 : 300 coudées, soit env. 130m !!!]. Anges pervers et géants se mirent ensuite à opprimer les hommes et à leur enseigner la pratique du mal. C'est pourquoi, Dieu résolut d'emprisonner les anges jusqu'au jugement dernier et de détruire la Terre par un déluge. Les efforts d'Hénoch qui intercéda auprès du Ciel en faveur des anges déchus devaient rester vain (Hénoch 6-16). Le Livre des Géants reprend une partie de ce récit, et s'attarde sur les exploits des géants, en particulier des deux enfants de Chemihaza, Ohya et Hahya."

Les anges apportent la connaissance mais le chaos : 1Q23 Frag 9,14,15 : (...) ils connaissaient les secrets de (...) (...le pé)ché était grand sur la terre (...) (...) et ils tuèrent de nombreux (...) (...ils engendrèrent) des géants (...)

Exploitent la fécondité de la terre : 4Q531 Frag 3 tout ce que la terre produisait (...) les grands poissons(...) le ciel avec tout ce qui poussait (...) les fruits de la terre et toutes les sortes de céréales et tous les arbres(...) les bêtes sauvages et les reptiles... tout ce qui rampait sur la terre et ils observèrent tout (...) toute action violente et expression (...) mâle et femelle, et parmi les humains (...)

Projettent de se livrer à des actes contre nature : 1Q23 Frag 1, 6 (deux cents) baudets, deux cents ânes, deux cents... béliers du troupeau, deux cents boucs, deux cents bêtes des champs de chaque animal, de chaque espèce d'oiseau (...) pour opérer des croisements (...)

La corruption démoniaque engendre violence et perversion: 4Q531 Frag 2: ils souillèrent (... ils engendrèrent) géants et monstres (...) ils engendrèrent, et alors toute (la terre fut corrompue...) (...) de son sang et par la main de (...) (géants) qui ne leur suffisait pas et (...) et ils cherchaient à dévorer beaucoup de (...) les monstres l'attaquèrent.

Une série de rêves fait comprendre aux géants qu'un déluge vient (qui supprimera les chefs terrestres, non les anges déchus): 4Q531 Frag 1 (Je suis un) géant, et par la force puissante de mon bras et par la grande force qui m'est propre (... toute) créature mortelle, et je leur ai fait la guerre; mais je ne suis pas (...) capable de leur tenir tête, car mes adversaires (...) résident dans (les cie)ux, et ils habitent dans les saints lieux. Et pas (...) ils sont plus forts que moi (...). de la bête sauvage est venu, et l'homme sauvage ils (me) surnomment.

Ici intervient Hénoch, à qui les géants demandent d'interpréter leurs songes. Il leur annonce un terrible jugement, à moins qu'ils ne se repentent (4Q530 Frag 2)

On le constaste, la trame de ces fragments n'est pas très différente de celle contenue en 1 Henoch, et nous renseigne beaucoup sur le folklore apocalyptique juif.

En ligne : Le Livre d'Henoch (1 Henoch + Le livre des Géants [angl]) ou doc- The Book of the Giants (Dead Sea Scrolls Fragments) (ou ici)- 1Q201 -The Greek Fragments of Henoch from Qumran Cave 7 (Ernest A. Muro, Jr, Revue de Qumrân, 70)The Book of Enoch traduction anglaise par R.H. Charles (in :The Apocrypha and Pseudepigrapha of the Old Testament, The Clarendon Press, 1917) / The Book of Enoch - traduit de l'éthiopien par George H. Schodde (1882) - Voltaire, Dictionnaire philosophique. - 1 Enoch (presentation)

Sur Hénoch, consulter profitablement: Jewish Encyclopedia - Dictionnaire historique de la Bible, Calmet/Migne- Catholic Encyclopedia- Early Jewish Writings

hns Myssw smx : très bizarrement, la LXX situe la naissance de Mathusalem en la 165e année d'Hénoch [e`kato.n kai. e`xh,konta pe,nte e;th], et lui accorde donc 200 autres années de vie. La BHS [et aussi la VLG] par contre situe la naissance de Mathusalem en la 65e année d'Hénoch, et indique qu'il vécut encore 300 ans après. La LXX s'appuie peut-être sur un manuscrit hébreu antérieur à celui de la BHS. Peut-être est-ce une leçon originelle. Elle pourrait s'expliquer par l'omission de trois lettres seulement en hébreu: ham, cent.

Myhlah-ta Kwnx Klhtyw : Hénoch marchait avec Dieu : Cette expression qui revient pas moins de deux fois dans notre passage, est un éloge, puisqu'on ne la trouve appliquée qu'à Hénoch et Noé.Klhtyw : waw conv. + hitpael de Klh, "aller, marcher". Cette remarquable image implique une relation étroite, une intimité : Hénoch était donc un adorateur fidèle de Dieu. Bien qu'il n'eût pas la loi, sa conscience (comme celle, plus tard, de Joseph confronté à la femme de Potiphar) lui dictait sa conduite. Et sans aucun doute connaissait-il la première prophétie divine - une promesse merveilleuse - celle de Gn 3:15, prémices de la venue du Messie. Il pouvait donc à juste titre avoir la foi (Héb. 11:5), sans laquelle il est impossible de plaire à Dieu (Héb 11:6). De manière intéressante, la LXX traduit Myhlah-ta Kwnx Klhtyw par euvhre,sthsen de. Enwc tw/| qew/|, i.e. Hénoch fut agréable à Dieu...

wdylwh yrxa : wdylwh, inf. construit hiphil du vb. dly, "engendrer". + suff. poss. 3e ps : litéralement : le fait pour lui d'avoir engéndré (ou son fait d'engendrer). La LXX rend très bien cette tournure : to. gennh/sai auvto.n. L'expression peut donc se traduire soit : "après qu'il eut engendré..." ou plus idiomatiquement "après la naissance de...". L'expression wdylwh yrxa se rencontre 18 fois dans l'AT, donc 17 dans la Genèse, et une fois en Lévitique.

wnnyaw : Nya + pron.person. 3e ms (awh): le verbe est implicite (cf. Gesenius §152m): il ne fut plus [là], ou il disparut. Cette expression apparaît 12 fois [Gen. 5:24; Job 3:21; 23:8; 24:24; 27:19; Ps. 37:10; 103:16; Prov. 23:5; Eccl. 6:2; Isa. 19:7; Jer. 49:10; 50:20], pas dans les contextes les plus joyeux...

Myhla wta xql : expression énigmatique et d'une rare concision, qui a enflammé l'imagination de beaucoup d'auteurs, notamment pendant la période intertestamentaire [cf. supra pour l'interprétation]. Lit. Dieu le prit. Plus tard, Elie connut un sort similaire (2 Ro 2:11), ce qui explique l'abondance des représentations d'Hénoch accompagné d'Elie dans l'iconographie. L'auteur de l'épître aux Hébreux, quand il fit allusion à ce passage, cita d'après la LXX, employant le verbe metati,qhmi, changer de place, transférer (cf. Bailly, Thayer). Latin tulit, ind. parf. de fero, "prendre", "emporter"

SEPTANTE

21 kai. e;zhsen Enwc e`kato.n kai. e`xh,konta pe,nte e;th kai. evge,nnhsen to.n Maqousala

22 euvhre,sthsen de. Enwc tw/| qew/| meta. to. gennh/sai auvto.n to.n Maqousala diako,sia e;th kai. evge,nnhsen ui`ou.j kai. qugate,raj

23 kai. evge,nonto pa/sai ai` h`me,rai Enwc triako,sia e`xh,konta pe,nte e;th

24 kai. euvhre,sthsen Enwc tw/| qew/| kai. ouvc hu`ri,sketo o[ti mete,qhken auvto.n o` qeo,j

Lire le passage

VULGATE

21 porro Enoch vixit sexaginta quinque annis et genuit Mathusalam

22 et ambulavit Enoch cum Deo postquam genuit Mathusalam trecentis annis et genuit filios et filias

23 et facti sunt omnes dies Enoch trecenti sexaginta quinque anni

24 ambulavitque cum Deo et non apparuit quia tulit eum Deus

 

QUELQUES REFERENCES

Ces articles ne réflètent pas nécessairement mes opinions ou analyses. Ils ont sélectionnés pour proposer un panorama des interprétations actuelles sur les sujets les plus intéressants, curieux ou polémiques.

- Timothy J. Cole, "Enoch, a Man Who Walked with God," Bibliotheca Sacra 148 (July-Sept. 1991) 288-97 [ou pdf]

 

 

Les polices nécessaires sont pour l'hébreu Olbheb, et pour le grec SPIonic / Bwgrkn pc -mac