NOTES D'HISTOIRE LITTÉRAIRE


Cours de M. Antoine Court

Pour le partiel du 6 mars 2000

Grégoire

L'enseignement au XIXe siècle

L'enseignement supérieur

La presse au XIXème siècle

La bonne critique

L'histoire

Du classicisme au romantisme

Le romantisme

 

 

1789: Révolution (cette révolution a été préparée par de grands esprits)

Mirabeau: La France est un "agrégat inconstitué de peuples désunis".

è intéressé par problèmes de langues, élu à l'Assemblée constituante

1790: adresse un questionnaire à des gens qu'il connaît (hommes lettres, petit/myen bourgeois, libéraux), sorte de 1er sondage d'opinion. Constitué de 43 questions: que pensez-vous de votre dialecte régional? Ne croyez-vous pas qu'il serait temps de supprimer les dialectes qui font qu'on ne se comprend pas? (au profit du français de Paris)

Le questionnaire orienté, suggère la réponse.

"L'anéantissement du patois importe à l'expansion des Lumières" - Grégoire, 1788.

1/43 approbation totale, bp mitigés, certains refus (zones frontalières)

L'ENSEIGNEMENT AU XIXème SIÈCLE

Bp de résistances locale, professeurs sentis comme athées, ivrognes, pédophiles, désordre / création de mythes, lycée de filles = dévergondage. Écoliers: discipline effarante (caserne dès 6 ans); suprématie hiérarchie

École primaire n'ouvre pas les porte du secondaire (absence communication) >> seulement avec la Ve République

1680: 1/3 sait signer (hommes), 1/7 femmes

1780: 1/2 h, 1/4 f

1872: 70% h savent lire, 55% f

XVI: mouvements : religion (protestants s'efforcent de diffuser la lecture), XVII&XVIII: impulsions économiques (midi toujours en retard), XIX demande croît // ville: apprentissage sur le tas, province: salarié pd qq temps (ancien mil.& colporteur)

L'Empire reprend le projet, mais manque de moyens.

L'application de ces lois n'entraînent pas une augmentation massive de la fréquentation scolaire

Accroissement régulier; lois ne font qu'entériner une situation existante. Laïcité: volonté d'unification (issue du jacobinisme révolutionnaire); fin de la diversité de l'enseignement.

Fin aux disparités du territoire (Nord/Sud)

L'ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

1789: enseignement secondaire dispensé dans 560 établissements, dirigés par des religieux, jésuites, oratoriens; fréquentés par 70 000 élèves.

1790: suppression des congrégations enseignantes (par Ass.) Création Écoles centrales, pour chaque département; sous l'Empire = Lycée, 2nd Empire = Lycée impérial, III & IV République =Lycée [Application tarde]

1815: 36 lycées // 1914: 119

è organisation du système napoléonien (1802 - 1808) : Université française: décret de 1808 (seul État peut enseigner)

Toutefois, subsistent quelques écoles privées (manque de moyens, force des choses), qui se transforment en internat avec cours supplémentaires. Par la suite: loi pour obligation élève: lycée le plus proche.

è Identification enseignement privé : religion, apparaît prestigieux et moderne

Création controversée des lycées de jeunes filles: peur de l'émancipation filles, égalité 2 sexes

Légère évolution des mentalités 2nde moitié XIX; Pour Napoléon: Lycée = pépinière officier & fonctionnaire

Année scolaire: 1er octobre - 15/20 août / Petites vacances Noël, jours fériés, grandes vacances: 20 août - 1er oct.

Grammaire; jusqu'en 3ème

2nde : humanités

1ère: rhétorique

Terminale: Logique et philosophie

Effectifs d'une classe: 3 élèves - + 50 élèves

Institution coupée du monde, théâtre de conflits (sclérose hiérarchique), conflits extérieurs: État/Église ó diplômes

XIX: xénophobie contre Europe (France vaincue par conjuration européenne, humiliée) Histoire: 1h hebdomadaire, programme s'arrête à 1789; philosophie: au gré des censures, très suspectée; 1852: inspecteur: la philosophie pourrait sans inconvénients être supprimée, "jette troubles dans esprit", curiosité sans réponse Lettres: 12 h

Cours commence par prière, récitation latin & grec; explication de textes è résultats consternants

Baccalauréat: très difficile: 7,5-10% réussite è dépréciation

Routine, mémoire avant tout, langues vivantes dépréciées à cause xénophobie, tout par écrit

Désastre de 1870 révèle carences et méfaits d'une enseignement trop coupé: Ferry: enseignement plus moderne > rencontre difficultés

1902: enseignement sans latin: apparaît comme monstruosité

[HUGO: Lycée Louis-le-Grand, facilité extraordinaire, RIMBAUD: aisance déconcertante, BALZAC: à la fois surdoué et cancre, VERLAINE: s'évade par poésie, PROUST: surdoué, très rapide, loisirs: revues littéraires]

C'est à la lecture de Chateaubriand que s'éveillent les romantiques: Hugo: "Je veux être Chateaubriand ou rien"

Flaubert & Zola: idolâtrie pour Hugo

Lautréamont, Jarry, Vallès c/ Lycée

Vallès: Le Bachelier: "A tous ceux qui, nourris de grec et de latin, meurent de faim, je dédie ce livre"

è Double attirances: gloire militaire (César, Tacite, Thucydide, etc. / Gloire littéraire "J'aurais été soldat si je n'étais poète" - Hugo.

Vie réelle: à partir 1815 Europe en paix + 40 ans è gloire militaire: impasse / soit succéder père, soit recherche

RANCŒUR : MAL DU SIÈCLE, mal d'une jeunesse sans emploi

LA PRESSE AU XIXème SIÈCLE

 

Un très grand nombre d'écrivains ont été, ponctuellement ou non, des journalistes: Chateaubriand, Gautier, Sand, zola, Vallès, Mauppassant, Hugo.

Théophraste Reneaudo: prix Reneaudo récompensant écrivain - journaliste

Besoin croissant, commence à nourrir l'opinion publique: Le Moniteur, Le Journal des Débats, Ami du Peuple

1830-1835: tirages assez confidentiels, articles: dissertations de portée générale, absence actualité; on achète plus au numéro mais par abonnement. Être abonné: confortablement riche et réfléchi, = signe de ralliement, ex. Journal Constitutionnel: anticlérical, libéral.

Fils illégitime, nommé Émile en hommage à Rousseau, jeunesse très dure: 18 ans écrit autobiographie, 20 ans: le mariage du siècle, épouse Delphine Gay (poétesse, dramaturge). Passion journalisme, instrument de puissance

06/1836: crée La presse; Introduction publicité fait baisser de moitié le prix abonnement. Les autres journaux imitent pour survivre. Journaux = tendances plutôt que doctrines. Certains sont la propriété d'un homme politique.

Tendance gouvernementale:

Que du texte: assez austère

Cahier format in octavo, 80 - 100 pages tous 15 jours ou mois

La revue des deux mondes, Le Commerce, La Gazette des tribunaux, Le charivari, L'assiette au beurre, Le canard sauvage, La voix des femmes

LA BONNE CRITIQUE

 

Tableau de la poésie française au XVIème siècle

Histoire de Port - Royal

Causeries du lundi (15 volumes); Nouveaux lundi (13 volumes) : 1851 - 1872

On a dit de lui: "critique d'intuition"

Il s'agit d'abord d'un savant, très bien informé; "faire l'histoire naturelle des esprits", veut connaître les âmes, comprendre plutôt que juger.

"Le critique est un homme qui sait lire et qui apprend à lire aux autres"

pas de dogmes préétablis, intéressé par découvertes et diversité // Tendance à la polarisation sur la biographie

"Un livre est le produit d'un autre moi que celui que nous manifestons dans la réalité" - Proust. >> Attention, la généralisation est risquée dans ce domaine. Sainte-Beuve jalouse ses contemporains, not. Lamartine, Hugo et Baudelaire.

è critiques virulentes d'un homme affligé, qui a un très grand complexe d'infériorité

Il se croit poète, jalousie violente pour ceux qui ont réussi là où il a échoué (parfois de mauvaise foi); belles qualités abîmées par le laxisme

Philosophe, littéraire, E.N.S. Professeur de philosophie à la Sorbonne; y devient un indésirable à cause hardiesse de ses idées. Doctorat sur La Fontaine è La Fontaine et ses Fables

Histoire de la littérature anglaise: 1er grand manuel pour accès à la littérature britannique / 3 séries Essais, Nouveaux Essais, Derniers Essais

Pur universitaire, grand rayonnement de son enseignement (trahi & défiguré) E.N.S. Prof Sorgone, directeur ENS, souvent conférences Europe et EU; Monographies: Bossuet, Boileau, Racine, Corneille, Voltaire

C/ critique d'amateur inspirée par impressions & dogmes.

Veut introduire connaissance précise et approfondie des œuvres et de leur environnement; ne pas juger avant de savoir; science = fierté et modestie.

Lanson recommande:

è lansonisme, mais abîmé par érudition stérile

è Mauvais critiques:

La critique d'aujourd'hui:

L'HISTOIRE

Sous Ancien Régime "mémoire collective, conscience des peuples" n'existe pas; il y a des chroniqueurs

1789 - 1815 : prodigieuse curiosité sur histoire (Thierry, Guizot, Michelet)

Mystique du roi de droit divin disparaît è se déplace sur la patrie, à partir de la patrie on invente l'histoire comme source de fierté et mine d'émotion

Révolution de 1789: on sait ce dont on ne veut plus, pas ce dont on veut

Connaissance des modèles latins et grecs: le XIX sera-t-il paganiste?

è Le Génie du christianisme, 1830: Chateaubriand: importance capitale du christianisme, appuyée sur l'histoire / rompt avec tradition gréco-romaine:

La rupture n'est pas un accident, causes profondes et lointaines

DU CLASSICISME AU ROMANTISME

 

Novembre 1789 (18 brumaire): Coup d'état de Bonaparte

Régime révolutionnaire révolu: régime au pouvoir personnel > personnalité de Bonaparte; tous les traits et les contradictions du siècle: classicisme et pré-romantisme >> coexistent et luttent jusqu'en 1830.

1800: Consulat

  1. Bonaparte: classique, officier d'artillerie, encyclopédisme, goût auteurs classiques, rigueur, méthode et clarté
  2. Côté pré - romantique: individualisme forcené, insatiable ambition, au-dessus des lois, imagination débordante, mégalomanie.

"Je suis venu pour repousser les limites de la gloire"

è PRÉ - ROMANTISME

Qu'est-ce qui a conduit à chercher des voies nouvelles?

Récit de voyage

Explorateurs, missionnaires et commerçants è XVI - XVIII

XIX è écrivains

LE ROMANTISME

1822: Annales de la Littérature et des Arts: trois grands noms: Byron, Scott, Shakespeare

On se tourne vers la littérature étrangère, le romantisme est d'importation.

1813: Mme de Staël, De l'Allemagne, prêche substitution; litt moderne, nationale, populaire, chrétienne, très dure ó tragédie classique.

1810 - 1820: âge d'or commerce traductions

1824: mort spectaculaire de Lord Byron